> Accueil  > …

  Améliorer l'accessibilité tout en favorisant les modes alternatifs à la voiture

En développant l’offre de transports en commun on donne la possibilité à un plus grand nombre de personnes d’accéder au territoire. Pour rendre efficace l’usage de ce mode, il est primordial de travailler sur les ruptures de charge (ou changement de mode de transport) en créant de véritable lieux d’échanges, que sont les pôles d’échanges.

Le renforcement de l’accessibilité du territoire passe également par la création de nouvelles voies de circulation pour desservir en transport en commun tout d’abord et par d’autres modes de déplacements ensuite, certains territoires. Ce développement doit inévitablement passer par une sécurisation de tous les modes de déplacements en résorbant notamment les points noirs routiers.

1- Promouvoir les transports collectifs

La promotion des transports en commun constitue l’axe fondamental du Plan de Déplacements Urbains. Le réseau de transports en commun ne pourra attirer de nouveaux usagers (notamment des automobilistes) qu’en améliorant la qualité du service rendu aux usagers de manière significative et en se modernisant.

Améliorer la qualité du service rendu aux usagers

Les efforts engagés depuis fin 2004 sont à poursuivre afin d’offrir aux usagers un haut niveau de service.

Placé au centre de l’organisation des transports collectifs urbains l'usager doit être assuré d’une fiabilité des horaires et des arrêts desservis. Pour gagner la confiance des usagers actuels et attirer de nouveaux clients le réseau Envibus bénéficie depuis fin 2006 d’un Système d’Aide à l’Exploitation (S.A.E). Ce système permet un suivi des bus et une réponse rapide aux aléas des services liés à la circulation et permet aussi d’élaborer des horaires différents selon les périodes de l’année (été – vacances scolaires).

fiche action n°1

Photo : panneau Système d'Aide à l'Information des VoyageursCourant 2007, le Système d’Aide à l’Information des Voyageurs (S.A.I.V.) permettra de faire connaître, en temps réel, l’heure de passage des bus, les perturbations affectant le réseau et des informations commerciales. Ces informations seront transmises à l’intérieur des bus, aux gares routières et points d’arrêts, sur Internet et à plus long terme, sur le téléphone portable, par SMS. L’information permettra à l’usager de mieux accepter l’attente et de pouvoir gérer plus efficacement son temps.

fiche action n°1

Les libertés de déplacement supposent une information multimodale. Cet objectif se traduira par la mise en service d’un titre de transport électronique et interopérable ou billettique avec lequel un usager du réseau ENVIBUS pourra avec le même titre emprunter le réseau ferroviaire TER, celui de la Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur, celui du Syndicat Intercommunal des Transports Publics de Cannes, celui du Syndicat Mixte Sillages (commune de Grasse), celui du Conseil Général des Alpes-Maritimes, etc.

fiche action n°2

Photo : voie de busL’amélioration des performances du réseau Envibus comprendra également la réalisation d’un plan d’action global visant à améliorer les temps de parcours par la mise en place d’un système de détection des bus aux carrefours à feux, pour leur donner une priorité de passage. Ceci leur permettra de gagner en temps de parcours en évitant les points durs de circulation générale. La réduction du nombre d’arrêts en encoche participera aussi à cette amélioration et favorisera l’accessibilité au bus et la sécurité.

fiche action n°3

Photo : busLa Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis a mis en place une ligne express, intitulée la « 100 express », relie le pôle d’échanges d’Antibes et la Technopole via la RD35 bis. Avec 10 points d’arrêt, un temps de parcours affiché à 25 minutes et une fréquence toutes les demi-heures, puis au quart-d’heure dès septembre 2007, la ligne express constitue le premier maillon d’un réseau de lignes express, en site dédié.

fiche action n°4

Photo: Tracé du projet Bus-Tram Antibes-SophiaA terme, une ligne de transport collectif en site propre Antibes - Sophia Antipolis viendra renforcer et compléter cette ligne express. Tous les documents de planification (DTA, Projet d’agglomération, SCOT, PDU Sillages) ont souligné la nécessité de renforcer les liens Nord-Sud sur le territoire par la création d’un TCSP. Cette ligne vise à assurer une desserte rapide du Parc de Sophia Antipolis depuis la gare ferroviaire d’Antibes, comme une continuité de voie ferrée et à desservir largement la population qui se trouve sur cet axe. La continuité d’un axe fort vers le haut pays de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis à plus long terme devra être étudiée.

fiche action n°6

Photo : voie ferréeDans une démarche d’intermodalité avec le réseau TER dont les fréquences seront renforcées par la création de la 3ème voie ferrée ainsi qu’avec le réseau TAM, il est nécessaire de connecter au mieux les réseaux. C’est pourquoi l’un des projets majeurs du PDU est la création d’un véritable pôle d’échanges à la gare ferroviaire d’Antibes. Ce pôle a pour objectif d’offrir un lieu interconnecté de mobilité où chacun pourra trouver les modes de transport nécessaires à leur destination.

fiches actions n°7, n°10, n°11, n°12

Améliorer l’accessibilité

Photo : bus4La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis a déjà entrepris la mise en accessibilité de son réseau par l’acquisition de 70 véhicules permettant d’accueillir tous les publics et ce dès 2006.

L’amélioration de l’accessibilité aux bus, en particulier pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR) constitue une orientation forte pour le réseau Envibus. Elle correspond à la volonté de renforcer la solidarité générationnelle et territoriale. Pour le réseau Envibus, les nouveaux bus sont à plancher bas, équipés d’espace d’accueil pour les personnes à mobilité réduite, de palettes rétractables. De plus, ils sont confortables, pourvus de dispositifs de surveillance et équipés des dispositifs répondant aux dernières normes européennes et permettant de réduire très sensiblement les émissions polluantes. Ces améliorations d’équipements s’accompagneront d’un programme de réaménagement des points d’arrêts en encoche.

Le renforcement de l’accessibilité du territoire s’est aussi traduite par l’extension aux 16 communes des services PMR, un doublement des bus spéciaux, une politique tarifaire attractive.

fiches actions n°8, n°9 et charte d’aménagement des points d’arrêt et d’accessibilité au bus (annexe 2 PDU)

2- Renforcer l’intermodalité

L’intermodalité ou le changement d’un moyen de transport par un autre pour effectuer un même déplacement est un composant indispensable dans la chaîne des déplacements et la volonté d’encourager à un report modal. Différents outils doivent être mis en place pour bénéficier d’une intermodalité efficace. La création de pôles d’échanges, de parcs relais et de stations de vélos en constituent les fondements pour répondre à cet objectif d’efficacité et de pertinence de fonctionnement.

Créer des pôles d’échanges

Photo : pôle d'échange AntibesLa Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis fait de la réalisation des pôles d’échanges une priorité. Le premier d’entre eux, le pôle d’échanges d’Antibes qui représente un enjeu stratégique pour les transports collectifs du territoire. Il permettra de renforcer la synergie entre tous les modes de transports. D'autres pôles d’échanges seront aménagés pour arriver à terme à un système global de transport sur la CASA ouvert sur l’extérieur.

fiche action n°10

Un point de convergence des lignes des réseaux Envibus et TAM sera créé au niveau de la Technopole sophipolitaine. Il préfigurera le pôle d’échanges nécessaire pour le TCSP Antibes - Sophia Antipolis.

fiche action n°11

Le développement des transports collectifs de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis sera renforcé en tirant le meilleur parti de la voie ferrée littorale qui représente un potentiel considérable. La réalisation de la « troisième voie ferrée littorale » inscrit au contrat de plan Etat Région va permettre d’obtenir un passage des TER au quart d’heure.

fiche action n°7

Les pôles organisés en lien avec les quatre gares TER contribueront à accroître le rayonnement des gares en améliorant les points d’accès à celles-ci. Pour exploiter au maximum les améliorations de desserte ferroviaire et routière en transport public de ces lieux de convergence, l’ouverture des gares par plusieurs points d’accès aux quais pour les piétons constitue un besoin impératif.

fiche action n°12

Créer des parcs-relais

Photo : panneau parc-relais

Le développement des offres de transports collectifs doit s’accompagner de projets fonctionnels pour une cohérence d’un schéma global des déplacements. Les parcs relais représentent une composante essentielle de l’intermodalité. La création d’offres nouvelles de stationnement (P+R : pour parcs relais) est une nécessité.

A l’échelle de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis, il est pertinent de les situer en lien avec les différents réseaux de transports collectifs : le réseau ferré, le réseau départemental de transports en commun, le réseau ENVIBUS. Les parcs relais peuvent être mutualisés avec des équipements publics dont les horaires d’ouverture sont complémentaires.

La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis incitera, en relation avec les communes et d’autres partenaires, à effectuer au plus vite les réserves foncières nécessaires pour 600 places en lien avec les gares ferroviaires et pour environ 200 places en relation avec le projet de TCSP Antibes-Sophia Antipolis.

fiche action n°13

Créer des stations de vélos

Photo : vélostationLa réalisation d’une vélostation en gare ferroviaire d’Antibes constitue un moyen de promouvoir le vélo sur l’agglomération. Son positionnement sur le pôle d’échange d’Antibes vise à développer l’intermodalité en mettant en place différents outils permettant de faciliter le changement d’un mode de déplacement vers un autre. Cet aménagement contribuera également à inciter les habitants, les vacanciers à découvrir les plaisirs de la pratique cyclable le long du littoral ou dans les centres urbains. Cette vélostation offrira un parc de vélos destinés à des locations en court, moyen et long terme. Elle proposera également une multitude de services liés aux pratiques cyclables, comme le gardiennage, la réparation, l’entretien.

fiche action n°14

3- Rendre le réseau de voirie plus sûr

L’objectif du Projet d’Agglomération d’organiser la « Ville-Pays » se traduit par une volonté de « faire de l’agglomération un véritable « territoire » global, aéré et équilibré tant pour ses habitants que pour ses usagers » (extrait du Projet d’agglomération). Le PDU répondra à cet objectif par des propositions d’aménagement. Mais l’action prioritaire, pour rendre les voiries plus sûres, est la résorption des points noirs de fluidité et de sécurité sur le réseau structurant de l’agglomération.

Résorber les points noirs de fluidité et de sécurité

Photo : points noirs de fluiditéLe Conseil Général des Alpes-Maritimes a adopté un plan de résorption des points noirs sur les voiries départementales en vue de sécuriser les déplacements et fluidifier les trafics. Il convient sans attendre d’apporter une réponse urgente et concrète à la question des points noirs qui pèsent sur la vie quotidienne des habitants du territoire. Ces opérations d’amélioration des conditions de circulation sont portées par le Conseil Général des Alpes-Maritimes et suivi attentivement par la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis.

fiche action n°15

Harmoniser le traitement des voies sur l’ensemble du territoire

L’amélioration de la sécurité de tous les déplacements notamment par un partage équilibré de la voirie est également un objectif fort du PDU de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis.

Photo : routeL’objectif de cette harmonisation est de faire circuler certains types de véhicules selon les caractéristiques des voies de circulation, de la destination finale de déplacements, de l’environnement urbain et rural traversé, etc. Elle offre ainsi une plus grande sécurisation des déplacements et améliore les conditions de circulation sur le territoire. Ainsi, par exemple, les voies traversant les quartiers de centre ville doivent avoir pour seule fonction la desserte locale de ces quartiers sans supporter des trafics plus lourds, comme le trafic de transit.

Pour permettre un traitement homogène des voiries ayant les mêmes fonctions, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis a élaboré une guide d’aménagements de la voirie. Il est un guide de recommandations techniques destinées aux gestionnaires de voirie, notamment. A travers ce guide, des aménagements adaptés pour les circulations automobiles, de transports en commun, cyclables, piétonnes sont proposés selon les catégories de voies.

fiche action n°16

4- Compléter le maillage de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis

Pour renforcer l’accessibilité du territoire tout en tenant compte des nombreux enjeux, notamment environnementaux, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis relèvera le double défi d’ouvrir le territoire et de développer l’intermodalité.

Accroître les potentialités des grandes infrastructures routières et de transport collectifs

Photo : voie de busLa réalisation de nouveaux barreaux routiers doit s’accompagner de la définition d’emprise suffisante pour la circulation des transports en commun, des vélos et des piétons. Chacun de ces modes de déplacements doit avoir sa place sur les espaces publics et la voirie, en particulier. Ces emprises rendront notamment plus performant les transports en commun en leur affectant un espace dédié pour la réalisation de leurs services, dans le cadre de leurs missions de service public.

fiche action n°17

Unifier le territoire en complétant le grand maillage

Le PDU s’attache à mettre en réseau les unités de voisinages (définis dans le SCOT : www.scot-casa.fr rubrique le projet) par des liaisons perpendiculaires aux lignes de vallées et en favorisant les liaisons Nord-Sud aujourd’hui déficitaires.

Deux grandes liaisons manquent aujourd’hui et seront créées afin de mettre en réseau les unités de voisinages :

• Un itinéraire Est-ouest/Ouest dans le Moyen-Pays,

• Un itinéraire Nord-Sud qui soit central au territoire.

Celles-ci seront conçues en tenant compte du nécessaire partage de la voirie entre les différents modes de transport (voiture particulière, transports en commun, piétons, deux-roues...). Elles pourront en particulier supporter de nouveaux services de transports collectifs.

fiche action n°17

Repenser les itinéraires poids lourds de desserte

Photo : poids lourdsAfin de prendre en compte les attentes des différents acteurs et de gérer au mieux les livraisons et la circulation des marchandises sur le territoire, le PDU propose de constituer une instance de concertation. Elle regroupera les différents acteurs locaux concernés, afin de définir des solutions efficaces et pérennes en matière d’itinéraires poids lourds. Compte tenu des spécificités du territoire Azuréen, ces itinéraires ne pourront émerger qu’à partir d’une réflexion globale à l’échelle du département, réflexion à laquelle la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis s’associera fortement.

Il est nécessaire de s’interroger sur la circulation des Poids Lourds dans le territoire de l’agglomération. Ces derniers, bien qu’ils soient une nécessité pour la ville locale, sont souvent perçus comme une nuisance sonore et une source d’insécurité.

fiche action n°18

Ouvrir le territoire vers l’extérieur

Pour «conforter sa place dans son contexte, du local à l’international» en contribuant notamment à la gestion cohérente de l’ensemble Azuréen, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis s’est donc positionnée au niveau de projets majeurs à l’échelle de la Côte d’Azur.

Elle souhaite la réalisation de l’échangeur de Biot et le réaménagement du secteur « Antibes-Péage », des études d’opportunité et de faisabilité concernant le diffuseur des Bréguières, des études relatives à la réalisation d’un échangeur complet à Cagnes-sur-Mer.

Ce renforcement de l’accessibilité à l’A8 ne résoudra pas l’encombrement extérieur en particulier en direction de Nice. C’est pourquoi il est urgent que les TER gagnent en qualité de service (régularité, vitesses, …) et en fréquence. Cet objectif nécessite la réalisation de la 3e voie entre Antibes et Nice pour laquelle la CASA s’engage activement.

A plus long terme, l’accessibilité à la Technopole pourra être renforcée depuis l’Ouest, par le prolongement du TCSP Antibes-Sophia Antipolis vers l’axe ferroviaire Cannes-Grasse.

fiche action n°19

Dans le cadre de la révision en cours du PDU, cette rubrique sera modifiée.

 

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...