> Accueil  > …   > La mobilité en chiffres
 

  La mobilité en chiffres

Une forte mobilité des habitants

Un habitant de l’agglomération fait environ 3,54 déplacements par jour (contre 3,94 au niveau départemental). Le phénomène de polarités des activités, des résidences est certainement une des explications à cette mobilité élevée et à une forte utilisation de la voiture.

La Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis génère à elle seule 619 222 déplacements par jour (tous modes et tous motifs confondus). Parmi eux, 416 000 déplacements par jour sont le fait des habitants de l’agglomération. Près de 80% de ces déplacements sont effectués par un mode motorisé (vélo et marche à pied exclus).

L’un des objectifs du Plan de Déplacements Urbains en compatibilité avec ceux du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) tend vers une volonté de renforcer les centralités par des aménagements mixtes (habitat, activités, commerces…) de façon à limiter la mobilité des grandes distances et à conforter la mobilité de proximité. Il s’agit également de proposer pour ces mobilités de proximité des modes de déplacements plus appropriés que celui de la voiture en usage individuel.

Des échanges avec l’extérieur relativement équilibrés

Les deux tiers des emplois de l’agglomération sont occupés par des actifs résidant dans la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis. Par déduction ce sont 31% d’entre eux qui travaillent en dehors du territoire dont plus de la moitié (53%) sur l’agglomération niçoise. Ils se déplacent principalement en voiture.

Cette situation explique en partie l’importance des congestions de la voirie aux heures de pointes du matin et du soir.

Les déplacements liés aux études sont moins équilibrés. Sur les 8 200 scolaires qui sortent de l’agglomération pour aller étudier, 64% vont sur l’agglomération niçoise et 17% sur l’agglomération cannoise. En revanche, 31% des scolaires étudient sur l’agglomération sans y résider, soit environ 3 800.

Graphique : mobilité des actifs et des scolaires en 2006

Mobilité des actifs et des scolaires - casa 2006

Les communes (comme Villeneuve Loubet, La Colle-sur-Loup, Saint-Paul, Tourrettes) situées sur la bande Ouest de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis sont davantage en relation avec l’agglomération niçoise (Cagnes-sur-mer, Saint-Laurent-du-Var, Nice). Notre territoire a (en nombre de déplacements quotidiens) également de nombreux échanges entre Antibes, Valbonne, Vallauris et l’agglomération cannoise. Enfin, les communes situées sur la frange Est de l’agglomération (comme Opio, Châteauneuf, Le Rouret) sont en plus forte relation avec l’agglomération grassoise.

Carte : déplacements quotidiens depuis la Communauté d'Agglomération de Sophia-Antipolis

Déplacements quotidiens depuis la CA de Sophia-Antipolis
à l'échelle du découpage en 76 zones de l'Enquête Ménages. VP / Tous motifs

Le Plan de Déplacements Urbains proposera des solutions collectives de transports pour les échanges constatés entre la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis et les communautés d’agglomération voisines. Une approche urbaine est également développée dans le cadre de la définition des orientations d’aménagement du Schéma de Cohérence Territoriale.

www.scot-casa.fr

Une motorisation des ménages élevée

Les ménages de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis sont équipés à près de 90% d’au moins un véhicule. Le taux de motorisation par ménage ou autrement dit le nombre moyen de voiture dont dispose un ménage est de 1,2  reste un ratio élevé.

Le nombre de ménages ayant 2 voitures et plus a augmenté de 22% entre 1998 et 2008 alors que le nombre de ménages ne s’accroissait que de 7,7%.

Dans certains secteurs le nombre de ménages non motorisés est plus important, le maximum est atteint dans le centre d’Antibes où 40% des ménages ne possèdent pas de voiture. Aussi, on constate que plus la densité de population est élevée et moins les ménages disposent d’une ou plusieurs voiture(s). Autrement dit, la densité de population est inversement proportionnelle au taux de motorisation des ménages.

Carte : densité de population en 1999Carte : taux de motorisation des ménages en 1999

Densité de population - Taux de motorisation des ménages. Source : INSEE 1999

La motorisation des ménages doit être stabilisée par une définition appropriée des politiques de stationnement sur le domaine publique de la voirie et dans les documents d’urbanisme.

fiches actions n°21, n°24, n°25

Une répartition modale au profit de la voiture

Graphique : temps de parcours constatés pour chaque mode dans les Alpes-Maritimes

Pour leurs déplacements quotidiens, les habitants privilégient très fortement la voiture particulière. Elle approche les 70%, reléguant les autres modes de déplacements à des niveaux très faibles.

La marche à pied se situe à une modeste deuxième place, y compris sur des déplacements courts (< à 2 km). Il en résulte des problèmes ponctuels délicats comme les sorties d’écoles, où les parents utilisent très souvent la voiture.

Les transports collectifs jouent un rôle modeste, difficilement comparable à celui des autres agglomérations de taille similaire, en raison de la structure territoriale particulière. Toutefois sur certains axes (bande littorale, liaison Technopole-Antibes,…) les transports collectifs assurent jusqu’à 13% des déplacements.

Les vélos tiennent une place très faible, qui ne s’explique pas uniquement par le relief, puisque le littoral se prêterait largement à l’usage de ce mode. L’insuffisance quantitative et qualitative des aménagements cyclables contribue à ce résultat.

Répartition modale, tous modes et tous motifs confondus sur l'agglomération

Temps de parcours constatés pour chaque mode dans les Alpes-Maritimes. Source : DDE - CG06 1998

Les motos et scooters jouent un rôle beaucoup plus important que les vélos. Leur usage, comme alternative à la voiture, n’est pas à encourager, parce qu’ils sont plus polluants, plus bruyants et sont très souvent impliqués dans des accidents graves.

Les temps de parcours affichés ont été définis au niveau départemental. Celui en transports en commun est deux fois plus long qu’en voiture. Il devient difficile d’attirer de nouveaux usagers si le temps de parcours et la vitesse commerciale des transports en commun ne sont pas plus concurrentiels que ceux de la voiture.

L’objectif premier du Plan de Déplacements Urbains consiste à redistribuer l’espace public au profit des transports en commun et de modes doux. Elle passe notamment par le développement des offres de transports en commun, des infrastructures cyclables et piétonnes, par une meilleure gestion de l’intermodalité tarifaire, fonctionnel, etc.

fiches actions n°1, n°2, n°3, n°4, n°5, n°6, n°8, n°9, n°10, n°11, n°12, n°13, n°14, n°20, n°26, n°27, n°28, n°29, n°30

Des motifs de déplacements très diversifiés

Un déplacement sur deux est dit régulier. En effet, ils sont effectués quotidiennement dans une tranche horaire relativement fixe comprise entre 7h30-9h00 en heure de pointe du matin et 17h00 – 19h00 en heure de pointe du soir. Le cumul de ces déplacements liés au travail et aux études représente 32% de l’ensemble des déplacements effectués. Ils sont qualifiés de déplacements pendulaires. Ce sont sur ces déplacements que de nouvelles habitudes de mobilité sont à encourager.

Graphique : Répartition des déplacements selon les motifs

Répartition des déplacements selon les motifs. Source : ADAAM 2005

Infos clés  en 2008

  •  3,54 déplacements effectués par un habitant de l’agglomération sur une journée ;
  •  1/3 des emplois sont occupés par des non résidents de l’agglomération ;
  •  dont 1 emploi sur 2 par des résidents de l’agglomération niçoise ;
  •  la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis génère 20% des déplacements des Alpes-Maritimes ;
  •  91% des déplacements motorisés sont effectués en voiture ;
  •  le nombre de ménages possédant 2 véhicules a augmenté de 22% en 10 ans ;
  •  52% des échanges liés au travail et aux études se font avec l’agglomération de Nice ;
  •  41% des déplacements sont pendulaires ;
  •  le temps de parcours en bus est deux fois plus long qu’en voiture.
    Dans le cadre de la révision en cours du PDU, cette rubrique sera modifiée.

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...