> Accueil   > Le document PDU

 Les services de mobilité

 

D’un point de vue plus global, les services de mobilité ont pour finalité de contribuer aux changements d’usages, pour passer du tout voiture à une multi-modalité raisonnée. Ils cherchent en particulier à limiter la dépendance automobile des ménages (c’est-à-dire la possession et l’usage d’une voiture) et ses conséquences négatives (coûts dans le budget des ménages, impacts environnementaux et énergétiques, sur la santé…).

Concrètement, les services de mobilité visent en particulier à:

       • faciliter l’accès pour tous à une mobilité alternative : répondre à des besoins de mobilité atypiques par des services à la carte, comme du covoiturage pour horaires de nuit ;

       • développer l’offre alternative à la voiture : comme de la location de vélos ou de l’autopartage ;

        • encourager et faciliter l’usage des modes alternatifs : mesures d’accompagnement pour informer, sensibiliser, conseiller, former, comme des formations à la pratique du vélo, conseils en mobilité.

 

Partant de ces objectifs, les services de mobilité recouvrent un panel de services beaucoup plus large, englobant non seulement des solutions de transport entre l’auto-solisme et les transports collectifs mais aussi des mesures qui en favorisent l’usage (conseil en mobilité, informations).

Les services de mobilité sont en général développés selon une logique d’optimisation des potentialités existantes. Fort de ce constat opérationnel, 2 grands types de services peuvent être distingués.

 

Les services à l’appui d’une offre de transport existante : ensemble de services qui visent à renforcer l’usage des modes alternatifs et optimiser l’usage des réseaux et infrastructures et équipements existants (ferrés, routiers, cyclables et pédestres, fluviaux). De fait, ce type de service a aussi pour conséquence d’accompagner les individus vers une mobilité autonome et de contribuer au changement de pratiques.

Les services apportant une nouvelle offre de transport alternative : le service de mobilité renvoie alors le plus souvent à une offre de transport intermédiaire entre le transport collectif régulier (train, bus, tramway) et la voiture en auto-solo, c’est-à-dire la mise à disposition d’un moyen de transport, moins coûteux et plus efficace au sens économique, social et environnemental, que la voiture individuelle.

Le mode proposé pourra être partagé soit dans sa possession (voiture en temps partagé entre particuliers…), soit dans son usage (covoiturage, navette, location de vélos ou de voitures).

 

 

 

 

 

 

Mieux connaître la Communauté d'Agglomération
Sophia Antipolis

Carte de la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis

Au 1er janvier 2002, 16 communes ont fait le choix de se regrouper en une entité unique « la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis ». Elles ont souhaité mutualiser certaines de leurs compétences dans un souci de cohérence des territoires, de pertinence, d’économie d’échelle.

lire la suite...